Comment avoir un enfant avec un ami ?


Faire un bébé avec un ami peut parfois être un plan B pour celles qui n’ont pas encore rencontré l’âme sœur mais qui sentent leur horloge biologique tourner. Pour les couples LGBTQ, cette solution peut leur permettre d’accéder à leur rêve d’enfant. Partager la parentalité avec une personne proche peut également être le fruit d’une réelle volonté d’avoir et d’élever un enfant sans les complications d’une relation amoureuse. Quelle que soit votre situation, avoir un enfant avec un ami est le choix de plus en plus d’hommes et de femmes, hétéro ou LGBTQ.

Je n’ai pas rencontré le bon partenaire pour faire un enfant

Les années passent et toujours pas de partenaire prêt à s’engager pour fonder une famille. Voici la situation dans laquelle se retrouvent de nombreuses femmes. Malheureusement, la fertilité féminine n’est pas illimitée et, après 40 ans, les chances de tomber enceinte chutent. Si certaines choisissent de faire un bébé toutes seules, d’autres préfèrent avoir un enfant avec un ami (peu importe l’orientation sexuelle), sans être en couple.


Avoir un enfant avec un ami, un plan B pour certaines femmes



Dans cette situation, les deux parents-amis décident de partager l’autorité parentale, c’est-à-dire les droits et les devoirs vis-à-vis de l’enfant jusqu’à sa majorité ou son émancipation, mais sans nécessairement vivre ensemble. Cette décision longuement réfléchie témoigne d’un réel désir de parentalité. C’est le résultat d’une profonde réflexion qui peut parfois s’étendre sur plusieurs années. En effet, avoir un enfant c’est s’engager sur le long terme. Il faut être certain(e) de son choix de coparent.

Comment et où trouver un ami prêt à faire un enfant avec moi ?

Si vous ne connaissez pas déjà un(e) ami(e) avec qui vous pourriez avoir un bébé, il est possible de trouver dans son entourage une personne prête à s’engager pour élever un enfant avec vous et capable d’assumer ses responsabilités de parent. Cette personne peut-être un(e) ami(e) plus ou moins proche, hétéro ou homo, en couple ou célibataire. Vos amis peuvent également vous mettre en contact avec une personne souhaitant trouver un co-parent comme vous. Qui sait, vous pourriez avoir un coup de foudre amical ! Bref, les scénarios sont multiples. L’important est de prendre le temps de se connaître et de choisir une personne de confiance avec qui vous pouvez développer des liens forts et solides. Partager les mêmes valeurs morales et éducatives s’avère également essentiel.
N’hésitez pas à évoquer votre désir de parentalité autour de vous et votre volonté de faire un enfant avec un ami. Parlez-en à vos amis les plus proches. Ces derniers seront plus à même de vous conseiller et/ou peut-être de trouver des personnes qui vous correspondent.

Comment fonctionne la coparentalité ?

Etre co-parent, c’est partager les droits et les devoirs vis-à-vis de l’enfant, et de l’élever à deux ou plus mais sans s’installer dans une relation de couple. La coparentalité peut concerner les couples divorcés comme les personnes célibataires ou couples LGBTQ qui décident de s’associer pour avoir un enfant sans être ensemble. Les parents de l’enfant peuvent choisir de vivre sous le même toit pour élever leur enfant. Dans le cas contraire, il faudra organiser une garde partagée.

Comment tomber enceinte avec un ami ?

Il faut savoir que le don de sperme en France doit être anonyme, gratuit et est encadré par un CECOS (Centres d'Etudes et de Conservation des Œufs et du Sperme). Le donneur de sperme ne peut donc pas devenir le père légal de l’enfant. Chercher un(e) co-parent(e) est une solution pour concevoir de façon naturelle ou non et pour permettre à l’enfant de grandir avec son père et sa mère.

Quel est le statut juridique des conjoints vis-à-vis de l’enfant ?

En France, l’enfant ne peut avoir que deux parents de droit, généralement ceux désignés dans l’acte de naissance. Les conjoints beaux-parents de l’enfant ne sont pas légalement considérés comme parents de l’enfant, qu’ils soient mariés, pacsés, en union libre, homo ou hétéro. Ils n’ont pas de droits ou de devoirs à l’égard de l’enfant puisqu’ils n’ont pas de liens de parenté.
En revanche, il est possible pour le ou la conjoint(e) d’adopter l’enfant en adoption simple ou plénière. Si l’adoption simple ne rompt pas les liens juridiques avec le parent biologique, c’est le cas de l’adoption plénière où le père ou la mère biologique perd ses droits vis-à-vis de l’enfant.



Forums

Nos belles histoires

J'ai rencontré une personne

et nous attendons un heureux évènement pour février. Merci pour votre site ...

Au printemps 2012

je me suis inscrit sur co-parents.fr; grâce à vous, j'ai rencontré un ...

Bonjour, Grâce à vous

j'ai pu rencontrer la personne avec qui nous avions eu un enfant ...

J'ai trouvé mon futur co-parent

grâce à votre site. Merci beaucoup. Ludivine

...

Lire toutes les histoires

Devenez Maman(s) ou Papa(s)

CRÉER MON PROFIL