C’est quoi une vasectomie ? Pourquoi en faire une ?
Notez ce post

La vasectomie est une méthode de stérilisation masculine peu connue en France. Sa légalité pour raison médicale remonte à 1999. La loi du 4 juillet 2001 autorise la vasectomie « contraceptive ».

Cette intervention exige une réflexion entre les compagnons, la stérilisation étant définitive.

Que recouvre la vasectomie ? Quels sont ses intérêts ? Pourquoi certains hommes ont-ils recours à cette pratique ?

La vasectomie en quelques mots

La vasectomie est un mode de stérilisation chirurgicale destinée à la gent masculine. Elle est réalisée à but contraceptif ou médical.

Elle consiste en une ligature des canaux déférents acheminant les spermatozoïdes vers la prostate et le sperme. Les canaux de chaque testicule sont bloqués ou sectionnés. Cette opération simple s’effectue par un urologue ou un andrologue sous anesthésie générale. Sa durée est d’une vingtaine de minutes.

vasectomie ciseaux chirurgie

L’éjaculat donne un sperme sans spermatozoïdes. L’homme devient infertile. La stérilisation est irréversible.

Le patient et son médecin doivent respecter un délai de réflexion de 4 mois entre la première entrevue et la chirurgie.

L’homme concerné apporte son consentement écrit pour la vasectomie.
Cet acte est quasi indolore. Les patients relèvent une gêne légère aux points de l’incision, voire des hématomes localisés. Ces effets secondaires se dissipent dans les dix jours. Un repos de deux jours est préférable. Les relations intimes et les efforts physiques sont à éviter durant la convalescence. Les conséquences psychologiques sont à prendre en compte. L’homme se sent parfois atteint dans sa virilité. C’est pourquoi il est important de consulter un psychologue en amont.

L’efficacité est avérée au bout de quelques semaines.

Les spermatozoïdes demeurent dans les canaux déférents et le sperme pendant une certaine période. Plusieurs éjaculations permettent de se défaire des derniers spermatozoïdes présents dans le sperme fabriqué avant l’intervention.

Les patients doivent exécuter des spermogrammes pour confirmer la stérilité. L’Organisation Mondiale de la Santé préconise d’effectuer ces examens 3 mois après la vasectomie. Dans ce délai, utiliser un autre mode de contraception est nécessaire.

Que deviennent les spermatozoïdes suite à l’opération ? La sortie leur est refusée, mais ils restent peu de temps dans les voies génitales. Ils périssent et sont avalés par les macrophages, des cellules détruisant notamment les vieilles particules et les bactéries. Les macrophages participent à notre défense cellulaire, en luttant contre les agents infectieux.

La vasectomie bien que peu répandue possède des atouts pour le couple.

Les intérêts de la vasectomie

La vasectomie implique une stérilisation du partenaire masculin. C’est donc un mode de contraception efficace.
La femme n’a plus besoin d’utiliser un contraceptif comme la pilule, le stérilet ou autre diaphragme. Attention tout de même, la vasectomie ne protège pas contre les Maladies Sexuellement Transmissibles (MST). Le port du préservatif est à préconiser pour se protéger.

Des hommes altruistes ont conscience de la contrainte et des effets négatifs de la pilule sur la santé de leurs compagnes. Ils décident, ainsi, de recourir à une vasectomie.

Elle offre la possibilité de vivre des relations intimes épanouies, sans se soucier de la contraception.
Autre bonne nouvelle : la vasectomie n’influe pas sur la sexualité et la production de la testostérone
engendrant la voix grave, la pilosité, les muscles, etc. L’intervention n’a pas de conséquence sur la libido et les capacités sexuelles (l’érection et l’éjaculation restent les mêmes), l’organe génital n’étant pas altéré.
La conservation du sperme auprès d’un  Centre d’Étude et de Conservation des Œufs et du Sperme (CECOS) est possible par le biais de la cryopréservation. Cette démarche coûte cher et n’assure pas une grossesse future.

Une reperméabilisation des canaux déférents est envisageable par la suite. Il s’agit d’une pratique chirurgicale complexe générant uniquement 50 % de grossesses.

Chez nos amis nordiques et américains, la vasectomie est courante. Ce qui est loin d’être le cas en France.