Envie de bébé avec votre partenaire ? Vous souhaitez faire un don de sperme et aider un couple infertile ou devenir papa grâce à la coparentalité ? Sachez que les hommes aussi doivent adopter les bons gestes pour augmenter les chances de conception. En effet, la qualité du sperme (et donc la fertilité) passe par l’alimentation et l’hygiène de vie, comme chez la femme.

Booster la fertilité en adoptant une alimentation équilibrée

L’alimentation joue un rôle dans la fertilité de l’homme. Pour booster la fécondité et permettre au corps de produire un sperme sain, il est important de faire attention au contenu de notre assiette dès le désir d’enfant.

Pour augmenter la production de sperme, privilégiez les aliments riches en antioxydants qui vous protègent des agressions extérieures telles que la pollution, le stress, les rayons UV ou le tabac. Dites oui aux légumes verts, fruits, légumineuses, huiles végétales, fruits à coque, thé vert, chocolat noir et aux épices (curry, curcuma, gingembre).

Les aliments riches en magnésium, vitamine B9, sélénium et en zinc sont également conseillés. De plus, des études ont démontré que la carnitine et le coenzyme Q10 améliorent la fertilité masculine.

Les omégas 3 agissent également sur la qualité du sperme :  on les retrouve notamment dans les noix et l’huile de noix, les poissons gras (saumon, hareng, anchois), le colza et le soja.

Par contre, les aliments trop gras nuiraient à la fécondité. Evitez donc les chips, les kebabs, la charcuterie et les viennoiseries pendant quelque temps.

Maintenir la bonne température

Pour favoriser la bonne santé de vos spermatozoïdes, sachez qu’il est conseillé de les maintenir à une température inférieure de 2° par rapport au reste du corps. En résumé, on oublie les saunas, hammams et jacuzzi, les pantalons trop moulants, le portable dans la poche du pantalon et l’ordinateur posé sur les cuisses.

Adapter son hygiène de vie

Il n’y a pas que les femmes qui doivent réduire leur consommation d’alcool pendant les essais bébé, les hommes aussi ! En effet, ceux qui consomment trop d’alcool produiraient un sperme de moins bonne qualité car moins concentré en sperme. Ils auraient également davantage de troubles de l’érection.

De plus, et ce n’est pas une surprise, le tabac est nocif pour la fertilité car il peut diminuer la production des spermatozoïdes. Si vous fumez, essayez d’arrêter ou au moins de réduire votre consommation. Par ailleurs, le tabagisme passif est également dangereux : veillez à éviter les lieux enfumés (bars, soirées privées) si vous essayez de faire un bébé ou cherchez à donner votre sperme. Il en est de même pour les drogues diverses et variées qui peuvent réduire la concentration de sperme.

On sait également que le poids est un facteur qui peut interférer avec la fertilité masculine. L’obésité, le surpoids comme la maigreur ont un effet négatif sur la qualité du sperme. Avoir une alimentation équilibrée et pratiquer une activité sportive régulière (mais sans excès) est la recette idéale pour maintenir un poids stable et donc produire un sperme de bonne qualité.

Autre conseil pour améliorer la qualité de votre sperme : avoir un bon sommeil réparateur.

Gérer son stress

On le sait désormais, qui dit stress dit difficulté à concevoir. En effet, le stress interférerait avec les hormones, affecterait la production du sperme et réduirait ainsi les chances de conception. Pratiquer une activité sportive, s’initier au yoga, à la méditation et à d’autres exercices de relaxation peuvent vous aider à mieux gérer votre stress. Certaines activités, notamment le dessin ou le jardinage, s’avèrent également excellentes pour se détendre.

Se mettre au bio pour éviter les perturbateurs endocriniens

On en parle de plus en plus : les perturbateurs endocriniens présentent des risques sérieux pour la fertilité. Ces substances chimiques sont capables d’interférer avec nos hormones et les glandes endocrines. Résultat, ces agents qui perturbent notre système hormonal nuisent à la fécondité des femmes et des hommes. On les soupçonne aussi de provoquer des cancers du testicule.

On retrouve ces perturbateurs endocriniens dans les produits de la vie de tous les jours tels que les cosmétiques, les produits ménagers et les peintures. Ils sont également présents dans les fongicides et les pesticides : soit dans ce que nous mangeons. Prudence donc.

Pour limiter les risques, mieux vaut consommer des produits bio et naturels, qu’ils soient alimentaires, cosmétiques, ménagers et autres.