Comprendre le désir d’enfant chez la femme
Notez ce post

Le désir d’enfant prend souvent sa source dans l’inconscient. Il s’agit d’un désir de vie. C’est une envie forte et ancrée.
Ce besoin de bébé résulte de l’histoire de chaque femme. Il peut, ainsi, se réveiller à des moments différents de la vie pour l’une ou l’autre.
Avant de se lancer dans la grande aventure de la grossesse, il est important de s’interroger sur les raisons de ce désir pouvant être divers.

Le désir d’enfant remontant à l’enfance

L’envie de bébé date bien souvent de l’âge tendre. Pour Freud, ce besoin naît chez la fillette de dix-huit mois, qui s’identifie à sa maman et, par mimétisme, joue à la poupée. La petite fille imite sa mère en s’occupant de son poupon (elle donne le biberon, habille, cajole, pousse la poussette, change, etc.).
À partir de cinq ans, la fillette fait l’objet d’un complexe d’Œdipe. Elle s’éloigne de sa maman, dont elle souhaite prendre la place afin d’avoir un bébé de son père.
Le désir d’un enfant se calme jusqu’à la puberté. À cette période, l’adolescente est fertile et le souhait d’un bébé peut renaître.
Par la suite, un long processus se met en place menant à l’âge adulte, à une rencontre amoureuse et à la volonté de procréer.

desir enfant

Le désir d’enfant récompense

Des psychiatres s’accordent à dire que l’enfant (en particulier, le premier) est une sorte de présent pour sa propre mère. Donner naissance serait une manière inconsciente de reconnaître sa génitrice. Les femmes ayant des relations compliquées avec leurs mères ressentiraient le besoin d’un bébé plus tardivement.

Le désir d’enfant physiologique

Selon Françoise Dolto, les femmes ont un désir de maternité profond, qui est inscrit dans leurs corps et leurs esprits (qu’elle nomme « la dernière mutation »). Elles ont besoin de l’assouvir. Dans le cas contraire, la maternité est vécue comme un manque et une frustration.
Il s’agit là d’un désir de bébé naturel physiologique et inné. On parle souvent de l’horloge biologique qui tourne. L’organisme et l’esprit auraient ainsi conscience du moment adéquat pour procréer.

Le désir d’enfant, fruit de l’amour

Ce désir d’enfant naît également de l’amour de deux personnes. L’enfant est un présent, une source d’amour et le moyen de construire une lignée commune.
Le petit symbolise l’amour entre les compagnons et un prolongement d’eux-mêmes.

Le désir d’enfant réparation

Pour certaines femmes, l’enfant est perçu comme un mode de réparation, voire une revanche sur la vie.
Plusieurs situations faisant souffrir les femmes peuvent les amener à désirer un enfant réparation : une enfance malheureuse, la solitude, des difficultés amoureuses, un vide affectif, etc. D’autres n’ont pas vu accomplir leurs rêves et aspirent à les réaliser par le biais de leurs progénitures.
Attention à cet enfant réparation, dont les épaules sont chargées d’attentes.

Le désir d’enfant, source de féminité

Des femmes ayant acquis une maturité, une stabilité professionnelle et affective, voient se réveiller un souhait de materner. Un bébé leur permet d’accomplir leurs féminités et d’asseoir leurs réussites.

Être impassible au désir d’enfant

Les femmes ne sont, toutefois, pas égales face au désir de bébé. En effet, certaines ne ressentent pas ce besoin et font le choix de ne pas enfanter. Cette décision peut résulter de la volonté de se consacrer à son métier, à son compagnon, au fait d’être rebutée par la maternité, au souhait de conserver sa liberté, etc. De multiples raisons psychologiques (le fait d’être un enfant non désiré…) et compréhensibles existent.

Et le désir de bébé chez l’homme ?

On parle la plupart du temps du désir d’enfant chez la femme. Mais quand est-il de l’homme ?
Le souhait d’un bébé vient tard chez l’homme. La paternité n’est pas un accomplissement de sa masculinité et de sa virilité. L’homme se réalise autrement : dans ses relations professionnelles et amoureuses. Il se préoccupe avant tout des aspects matériels (avoir une bonne situation pour élever son petit, posséder un domicile convenable, etc.).
La paternité est vécue par l’homme comme un investissement : il se doit de quitter l’adolescence et d’être responsable. Il se tourne aussi vers son enfance et prend conscience de ses relations avec ses parents, et en particulier avec les hommes de sa famille.
D’après Freud, l’envie d’enfant est aussi un moyen de récompenser sa mère. Il lui donne son bébé pour la remercier de sa propre naissance.

Pour prendre la bonne décision, il est intéressant de se pencher sur son désir d’enfant et ses sentiments profonds. Pour celles qui ont envie d’avoir un bébé, savent-elles vraiment à quoi s’attendre ?