Choisie par la majorité des parents ayant choisi la coparentalité, la garde alternée reste à ce jour le meilleur compromis pour partager la garde de ses enfants. 1 semaine chez papa, 1 semaine chez maman, tel est le schéma adopté à la quasi-unanimité. Bien que ce nouveau mode de vie puisse sembler mieux adapté, des erreurs sont à éviter pour préserver le bien de vos enfants et faire de votre garde alternée une réussite.

L’éloignement géographique des parents.

La première erreur à ne pas commettre est l’éloignement géographique vis-à-vis du second parent. Même si certaines opportunités professionnelles et personnelles peuvent sembler alléchantes, gardez à l’esprit que vos enfants feront les frais des kilomètres hebdomadaires qui s’instaureront entre ses deux parents. Prendre le train ou la voiture pendant des heures est fastidieux et fatigant, notamment pour les plus petits, qui perdront en temps de présence et de loisirs. De plus, il est important pour un enfant de garder les mêmes repères d’une semaine sur l’autre, que ce soit à l’école, pour rencontrer ses amis ou encore pour participer à des activités périscolaires. L’idéal est donc que les deux parents résident dans la même ville, ou du moins à proximité…

Un parent qui donne la main à son enfant

S’accorder sur les règles de vie.

Partager la garde d’un enfant peut être une expérience qui rassemble, mais qui peut aussi diviser si les points de vue éducatifs des deux parents s’opposent… C’est pourquoi il est important d’établir des règles avant l’arrivée de l’enfant, quant au mode de garde choisi et aux pratiques du quotidien, afin qu’il puisse se sentir rassuré et établir ses propres repères. Par ailleurs, une communication régulière entre les deux parents est nécessaire afin de mener un projet éducatif commun, et se transmettre les éventuels évènements de la semaine pouvant avoir une implication dans le quotidien de l’enfant.

Dénigrer l’autre parent.

Un enfant a besoin de se construire personnellement, et cela passe souvent par l’image qu’il a de ses parents auxquels il s’identifie. C’est pourquoi dénigrer son autre parent est souvent délétère pour lui, qui culpabilise malgré son impuissance ! Restez toujours dans le respect de l’autre afin de ne pas impliquer votre enfant sur d’éventuelles mésententes.

Effectuer le changement de résidence le dimanche soir.

Le dimanche soir est un moment peu propice pour quitter l’un de ses parents, souvent associé à la fin du week-end et à la reprise du travail. C’est pourquoi, et afin de rendre ce moment moins traumatisant, de nombreux spécialistes préconisent le changement de résidence en milieu de semaine, afin que la rupture soit moins prononcée. Par exemple, il est plutôt conseillé d’alterner la garde de l’enfant le vendredi, associé au début du week-end et donc à un moment agréable !

Chercher à passer pour le «gentil» parent.

Inconsciemment, beaucoup de parents faisant l’expérience de la coparentalité souhaitent tout mettre en œuvre pour devenir le « préféré » de leur enfant. Celui ou celle qui amuse le plus, qui offre le plus de jeux ou encore qui dit « oui » à tout ! Attention, même si vos enfants sembleront plus heureux sur le coup, ce ne sera pas pour autant leur rendre service, car ils auront aussi besoin qu’on leur fixe des limites et qu’on leur dise « non » ! Et c’est votre devoir de parent ! Ne cédez pas à une situation en attendant ou en espérant que son autre parent s’y oppose, ceci afin d’avoir le beau rôle ! Gardez vos principes éducatifs et ne transigez pas par culpabilité, il en va de l’éducation de vos enfants !

Quels que soient vos rapports avec le père ou la mère de votre enfant, gardez à l’esprit qu’une bonne entente passe avant tout par une bonne communication. Écoutez les besoins de chacun et tentez d’être flexible tout en vous fixant des limites. Le bien-être de votre enfant en dépend !