Il est très difficile d’établir un état des lieux précis et chiffré de la situation de l’homoparentalité car il s’agit de données très sensibles : en effet, aucune personne ne doit être fichée selon ses orientations sexuelles. Malgré tout, une enquête Ifop, réalisée en 2011, par le magazine Têtu révèle que 3,5 % des personnes interrogées revendiquent leur homosexualité et 3 % leur bisexualité. Par extrapolation, il est possible d’estimer l’ensemble de ce public à 3,2 millions de personnes. L’étude souligne, également, que 67 % des homos et bi seraient des hommes et que seulement 46 % vivraient officiellement en couple.

Mais si l’homoparentalité en France dispose de si peu de données statistiques, c’est aussi à cause de sa jeunesse : il y a encore vingt ans, cette notion n’existait pas ! Par ailleurs, l’Institut National d’Etude Statistique (INED) avoue que cette situation « reste difficile à quantifier faute d’instruments adaptés ».

Sur la base des estimations de l’Association des parents et futurs parents gays et lesbiens, il y aurait 200 000 à 300 000 enfants élevés par un parent homosexuel. Dans beaucoup de cas, il s’agirait d’une naissance survenue dans le cadre d’une précédente union. Grâce à une enquête de l’Institut national de veille sanitaire, réalisée auprès des lecteurs de la presse gay, on sait que 11 % des hommes interrogés ont au moins un enfant mais que seulement 1 % les ont avec eux au quotidien. En effet, la plupart du temps, les pères les accueilleraient uniquement un week-end sur deux et la moitié des vacances.

 

Sources : lejdd.fr