Ils sont 101 en France. Et, si les futurs parents n’ont pas toujours le choix de leur centre d’assistance médicale à la procréation (AMP), il peut être bon de connaître les résultats de celui où s’effectuera la ou les fécondations in vitro (FIV).

C’est l’Agence de la biomédecine qui, depuis l’année dernière, met en ligne son évaluation des centres d’AMP français pratiquant la FIV. Mis en ligne au printemps et portant sur l’année 2011, son rapport se base sur les résultats des tentatives de FIV intraconjugales (c’est-à-dire sans don de sperme ou d’ovocyte), avec ou sans injection intra-cytoplasmique de spermatozoïdes (ICSI).

 

Cette technique consiste à injecter un seul spermatozoïde préalablement sélectionné au cœur de l’ovocyte afin d’augmenter les chances de fécondation. Quatre indicateurs ont été retenus pour l’évaluation de ces centres : le taux d’accouchement issu d’embryons frais, rapporté au nombre de ponctions ; le taux d’accouchement issu d’embryons frais ou congelés, rapporté au nombre de ponctions ; le taux d’accouchement issu d’embryons congelés, rapporté au nombre de décongélations ; et la fréquence des accouchements multiples. L’âge des patientes, le nombre d’ovocytes et d’embryons obtenus par ponction ainsi que le nombre d’embryons transférés ont également été pris en compte. Sauf que les résultats sont présentés sous forme de graphiques très difficiles à décrypter. Le Parisien s’est donc penché sur ces statistiques pour en tirer un classement*, accessible à tous.centre procreation

Taux de réussite des centres de procréation

Le quotidien présente ainsi les centres, sous forme de tableau, par ordre de taux de réussite, à savoir leur taux d’accouchement. Rappelant que la moyenne nationale (rapportée au nombre de ponctions d’ovocytes) tourne autour de 20 %, il montre que les chiffres peuvent varier du simple au triple ! La polyclinique Francheville-Périgueux, en Dordogne, dépasse par exemple les 30 %, figurant en tête du classement. À l’inverse, le CHU Amiens CGO, dans la Somme, et la clinique l’Arc en ciel à Épinal, dans les Vosges, n’atteignent même pas la barre des 10 %. La majorité des centres d’AMP (soit 31) se situe quant à elle dans une fourchette allant de 17,5 à 20 % de réussite. À noter toutefois : 21 centres atteignent entre 20 et 22,5 % de réussite et 13 autres entre 22,5 et 25 %, mais 17 centres figurent tout de même dans la tranche 15-17,5 %.

Si l’Agence de la biomédecine a fait savoir qu’elle ne pouvait cautionner un tel classement, puisqu’elle stipule elle-même sur son site que sa méthode d’évaluation ne permet pas de comparer les centres entre eux, faute de données exhaustives, Le Parisien se défend de fournir quoi qu’il en soit un précieux indicateur aux futurs parents. Il faut tout de même préciser que son classement n’a pas pris en compte, notamment, les taux d’accouchement issu du transfert d’embryons congelés. Dommage que l’Agence de la biomédecine, qui a justement pour mission d’évaluer les activités d’AMP, ne se charge pas elle-même de délivrer une information claire, complète et concrète au grand public.