Message d’un donneur de sperme
Notez ce post

Elle avait déjà opté pour le double guichet, permettant au donneur de sperme de choisir s’il voulait anonymiser son geste ou le rendre nominatif. La Belgique franchit une nouvelle étape pour améliorer l’image des donneurs : elle leur permet depuis le 24 juin dernier, à travers le site Internet donneursdevie.be, de laisser des messages anonymes aux enfants qui naîtront de leur don.

 

Le plat pays fait face à une pénurie de dons de sperme et d’ovocytes, inquiétant les centres de procréation médicalement assistée (PMA). Ces derniers sont confrontés à une hausse des demandes, pas seulement des hétérosexuels infertiles, mais de plus en plus de la part de couples homosexuels. Un nombre croissant de couples des pays voisins font en outre appel à l’expertise belge. À tel point que les centres n’arrivent plus à suivre, se fournissant même à l’étranger, en particulier au Danemark. Un responsable de laboratoire de PMA au centre hospitalo-universitaire de Liège estime que sans les dons danois les centres belges ne pourraient répondre qu’à 10 ou 20 % de la demande.donneur de sperme

Autre responsable de cette pénurie, la batterie de tests médicaux afférents aux dons et les critères de recevabilité du sperme : sur vingt-cinq candidats, seuls quatre pourront effectuer leur don, souligne le directeur médical du centre PMA de l’Université de Liège, Michel Dubois. Enfin, s’y ajoutent la moindre qualité du sperme et l’interdiction de publicité faite aux banques de sperme, contrairement à l’Espagne ou au Danemark par exemple.

Retrouver son géniteur

Huit hôpitaux ont donc lancé ensemble le site, sur une idée d’un enfant issu lui-même d’un don de sperme. Retranscrits sur divers supports et mis en image de façon très graphique, les messages des donneurs à leurs futurs enfants prennent ainsi la forme de haïkus, ces poèmes japonais de seulement quelques mots.

Anonymes – aucun enfant ne peut par le biais de ces messages retrouver son géniteur –, ces conseils laissent entrevoir l’altruisme qui anime de nombreux donneurs. Comme un passage de relais, comme autant de mantras pour ceux qui ne pourront connaître celui qui leur a donné la vie.