C’était le jour du 70e anniversaire du Débarquement. Alors que tous les médias consacraient leur Une à cette journée historique le 6 juin dernier, Libération avait, lui, décidé de titrer Procréation médicalement assistée pour tous ! Un contre-pied qui, justement, a permis de mettre la lumière sur une réalité encore niée : l’inégalité devant la PMA. Le quotidien relayait ainsi Le manifeste des 343 fraudeuses, en allusion au Manifeste des 343 salopes qui avaient révélé avoir avorté avant que ne soit légalisée l’interruption volontaire de grossesse. Aujourd’hui, ces femmes, homosexuelles, hétérosexuelles, en couple ou célibataire, déclarent publiquement avoir eu recours à une PMA à l’étranger pour pouvoir avoir un enfant.

À l’origine de ce texte, un couple du Sud-Ouest, Ewenne et Marie, respectivement âgées de 28 et 32 ans. Déterminées à dire leur colère pour les kilomètres engloutis jusqu’en Belgique en l’occurrence et pour devoir, après une telle lutte, se battre ensuite contre la justice de leur pays. Elles ont donc lancé en ligne une pétition appelant à se manifester toutes celles qui se retrouvent accusées d’avoir fondé une famille illégalement. En une semaine, le texte a recueilli plus de 400 signatures. Autant de fraudeuses qui réclament l’ouverture de la PMA à toutes les femmes, sans discrimination, et, avec, le droit à la filiation des enfants de tous les couples, homosexuels comme hétérosexuels.

Promesse20140607-CoParents-UneLibe

En donnant leurs nom et prénom, les signataires assument avoir eu recours à une insémination avec donneur. Bien leur en a pris puisque, très vite, plus d’un millier de soutiens ont affiché leur identité près de la leur. Des inconnus mais aussi des personnalités et des associations, comme le Planning Familial, le Syndicat de la magistrature, des députés et sénateurs EELV, des membres du Parti de Gauche, des chercheurs au CNRS, la sociologue Irène Théry, auteur du rapport Filiation, origines, parentalité. Le droit face aux nouvelles valeurs de responsabilité générationnelle (lire notre article), le chef de service associé du centre de PMA de l’université de Liège, le Pr Michel Dubois, ou encore le responsable de l’unité de thérapie familiale au service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, à Paris, Serge Hefez.

François Hollande se rappellera-t-il ses engagements de campagne sur le sujet ?

Pour signer le manifeste, envoyez vos nom et prénom à l’adresse manifestedes343fraudeuses@gmail.com en précisant Je déclare que je suis l’une d’elles. Je déclare avoir eu recours à une insémination avec donneur afin de fonder une famille. Pour apporter votre soutien, faites de même en précisent Je déclare apporter mon soutien au Manifeste des 343 fraudeuses.