L’IAC ou insémination artificielle intraconjugale ou avec sperme du conjoint est une technique de procréation médicalement assistée. Elle consiste à déposer les spermatozoïdes du partenaire directement dans la cavité utérine de la femme pour faciliter la fécondation.
Qui peut avoir recours à l’IAC ? Combien ça coûte et comment cette insémination se déroule-t-elle ? Le point sur la plus ancienne des techniques d’AMP (PMA).

Une femme s'injecte des hormones

Pourquoi avoir recourt à une IAC ?

L’insémination artificielle est indiquée lorsque les spermatozoïdes ne parviennent pas à atteindre l’ovocyte pour le féconder. Impuissance, une mauvaise qualité du sperme, éjaculation rétrograde (l’éjaculation remonte vers la vessie au lieu d’être expulsée à l’extérieur du corps) entre autres troubles de l’éjaculation, les raisons qui expliquent ces complications sont nombreuses.
Cette technique de PMA peut également être recommandée en cas d’infertilité masculine ou féminine inexpliquée, de problèmes au niveau de la glaire cervicale ou encore de troubles ovulatoires. L’insémination est parfois aussi envisagée après une vasectomie.
Enfin, certains traitements du cancer (chimiothérapie ou radiothérapie) peuvent altérer la fertilité chez l’homme. La congélation des spermatozoïdes puis l’insémination artificielle est alors une solution pour préserver la fertilité masculine et avoir des enfants ultérieurement.

En quoi consiste l’IAC ?

L’IAC est une technique relativement simple, rapide et indolore qui n’implique pas d’hospitalisation. Son but est de faciliter la rencontre entre les spermatozoïdes et les ovocytes.Pour résumé, l’insémination artificielle avec sperme du conjoint consiste à placer des spermatozoïdes (sélectionnés et lavés) dans l’appareil génital féminin à l’aide d’un cathéter, le jour de l’ovulation.

Comment se déroule une insémination artificielle ?

Plusieurs étapes sont nécessaires pour réaliser une insémination artificielle:
1. La stimulation ovarienne. Un traitement hormonal est prescrit à la patiente pour provoquer la maturation des follicules et donc augmenter les chances de grossesse. Le but est d’obtenir plusieurs follicules matures dans chaque ovaire (généralement 1 à 3) de 17 à 20 mm de diamètre.

Des échographies et des prises de sang (dosage hormonal) permettent de contrôler le développement des follicules. Par ailleurs, certaines femmes qui ont déjà une bonne ovulation n’ont pas besoin de stimulation ovarienne.

2. Déclenchement de l’ovulation. Une fois les follicules matures, il est temps de déclencher l’ovulation par injection d’hormone hCG à un moment précisé par le médecin.

3. Préparation des spermatozoïdes. Le sperme du partenaire est recueilli par masturbation au laboratoire (deux à sept jours d’abstinence sexuelle sont conseillés pour obtenir une meilleure qualité du sperme).

L’échantillon est ensuite préparé le jour de l’insémination. Lors de cette étape, on sépare le plasma séminal des spermatozoïdes. Les spermatozoïdes les plus normaux et mobiles sont sélectionnés.

4. Insémination. Ensuite, 30-36 heures après le déclenchement de l’ovulation, les spermatozoïdes sont injectés à l’aide d’un fin cathéter dans la cavité utérine (ou, parfois, au niveau du col de l’utérus). A eux de jouer maintenant et d’atteindre les trompes pour féconder l’ovule, lui-même en chemin vers l’utérus.

5. Attente. L’étape la plus éprouvante pour les futurs parents est sûrement celle-ci : l’attente après le traitement de fertilité pour enfin savoir si oui ou non l’insémination est un succès. Si au bout de 15-18 jours, les règles ne se sont pas déclenchées, il est temps de réaliser un test de grossesse. On croise les doigts !

Quel est le taux de réussite de l’IAC ?

Les taux de réussite d’une insémination artificielle sont plutôt faibles et ne dépassent pas les 10-15% par cycle. C’est 50% au bout de six tentatives.
Par ailleurs, le taux de réussite dépend de l’âge des femmes. Ainsi, les chances de succès passent de 15% à 38 ans à 5% à 42 ans, selon les chiffres du Journal des Femmes. Si aucune grossesse n’est obtenue après 5 ou 6 essais, votre médecin peut vous recommander une fécondation in vitro (FIV).

Combien coûte une IAC ?

Une insémination artificielle avec sperme de conjoint coûte environ 460 euros par tentative.Chaque procédure est prise en charge à 100% par la sécurité sociale dans le cadre du traitement de stérilité, dans la limite de 6 inséminations et jusqu’au 43 ans révolus de la femme. Au-delà, les tentatives sont au frais du couple.

Un couple lesbien ou une femme célibataire peut-il avoir recours à une IAC ?

L’IAC étant une insémination artificielle avec sperme du conjoint, les couples de femmes et les femmes célibataires ne sont donc pas concernées par cette technique.En revanche, celles-ci peuvent avoir recours à une insémination artificielle avec sperme de donneur (IAD), même si en France cette technique de PMA est pour l’instant exclusivement réservée aux couples hétérosexuels en âge de procréer.

Avez-vous apprécié l'article?


4.2(84%) 5 votes(s)

327 Likes
Partager:


Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>