Une famille homoparentale, c’est quoi ?
5 (100%) 2 votes

A l’heure des débats sur l’ouverture de la PMA aux couples de femmes, la question de la famille homoparentale est plus que jamais au centre de l’actualité. Mais au fait, une famille homoparentale, c’est quoi ? Comment définit-on ces familles et comment sont-elles formées ? Nous vous expliquons tout.

Homoparentalité et famille homoparentale, de quoi parle-t-on précisément ?

Une famille homoparentale, c’est une famille dans laquelle un ou plusieurs enfants est issu d’au moins un parent homosexuel. Le mot « homoparentale » est la fusion des mots « homosexuel » and « parentale ». On parle également d’homoparentalité.

Ainsi, deux mamans lesbiennes ou deux papas gays avec enfants, qu’ils soient mariés, pacsés ou en concubinage, forment une famille homoparentale. C’est aussi le cas d’une personne homosexuelle élevant seule un ou plusieurs enfants.

Souvent, seul l’un des parents est lié biologiquement à l’enfant, par exemple dans le cas d’une insémination artificielle ou d’une GPA, ou lorsque l’enfant est issu d’une ex relation hétérosexuelle. Là, le parent non biologique du couple de même sexe est appelé « parent social », par opposition au « parent légal » biologique. Il ou elle agit en tant que père ou mère sans pour autant être reconnu(e) légalement parent de l’enfant.

Si l’enfant est adopté par un couple LGBT marié, la situation est différente et les deux papas ou mamans (donc non biologiques) sont reconnus parents par la loi.

Comment sont formées les familles homoparentales ?

Aujourd’hui, les personnes LGBTQ peuvent devenir parents de différentes manières :

  • Famille recomposée

Souvent, les familles homoparentales sont des familles recomposées, c’est-à-dire dont un ou plusieurs enfants sont issus d’une précédente union. Par exemple, un papa ou une maman peut avoir eu un enfant lors d’une première union hétérosexuelle, puis, après séparation ou divorce, recréer une nouvelle famille avec un nouveau compagnon, cette fois de même sexe.

Selon la situation, le parent homosexuel peut avoir la garde majoritaire ou partielle de son ou ses enfants, par exemple le weekend ou une semaine sur deux.

  • Famille coparentale

De plus en plus de personnes LGBTQ choisissent de faire un bébé avec un coparent. En fait, le principe est simple : en s’associant avec un autre couple (homo ou hétéro) ou une personne célibataire de sexe opposé, il est possible alors de créer sa propre famille. Ensuite, le but est d’élever l’enfant ensemble en partageant l’autorité parentale et la garde.

A titre d’exemple, un couple d’homme peut faire un enfant avec une femme célibataire, ou un homme célibataire gay peut s’associer avec une femme lesbienne pour enfin réaliser leur rêve de parentalité.

  • Créer sa famille grâce à la PMA

Un couple de femmes peut avoir recours à une méthode de procréation médicalement assistée pour concevoir leur enfant, telle que l’insémination artificielle ou la fécondation in vitro avec don de sperme et si besoin d’ovocyte. En revanche, puisqu’en France la PMA n’est pas autorisée pour les couples de femmes, nombre d’entre elles s’envolent pour l’étranger afin de bénéficier d’une insémination ou d’une FIV.

Cependant, seule la femme qui accouche est considérée comme étant la mère légale de l’enfant. Sa conjointe a quant à elle le statut de parent social, et cela même si les deux femmes sont mariées ! Devenir parent légal est toutefois possible en faisant une demande d’adoption plénière (adoption intraconjugale).

  • Devenir parent avec la GPA

Interdite en France, la gestation pour autrui (GPA) est pourtant l’une des manières pour les couples gays d’accéder à la parentalité. En résumé, une femme appelée « mère porteuse » porte l’enfant du couple à leur place. La conception est réalisée via une fécondation in vitro avec le sperme de l’un des deux futurs papas, et aussi généralement avec un don d’ovocyte. Seul l’un des pères est lié biologiquement à l’enfant et la femme qui donne naissance au bébé n’est pas la mère biologique.

  • Adopter en tant que couple de même sexe

En France, les couples mariés de même sexe peuvent adopter conjointement un enfant depuis 2013. Les personnes homosexuelles peuvent également adopter en tant que célibataire. Par ailleurs, il est aussi possible selon la situation d’adopter l’enfant de son conjoint.

Malheureusement, adopter quand on est gay ou lesbienne (même marié) demeure un parcours bien trop compliqué aujourd’hui : en effet, de nombreux pays refusent l’adoption aux couples homos ou leur préfèrent les couples hétéros…