Connaître son cycle menstruel pour tomber enceinte

femme cycle menstruel régulier concept

Le désir d’enfant est bien là. Vous avez pris votre décision, vous souhaitez agrandir la famille et faire un bébé ! Félicitations. C’est une grande décision qui changera toute votre vie. Pour mettre toutes les chances de votre côté, il est utile de bien connaître votre cycle menstruel ainsi que tout ce qui se passe dans votre corps. Cela peut vous aider pour tomber enceinte rapidement. Apprendre à bien calculer son cycle permet de connaître sa fenêtre d’ovulation et ainsi de multiplier les chances d’une bonne fécondation de l’ovule.
On ne se doute pas de tout ce qui se déroule dans son corps ! C’est pourtant un système bien rodé et infini, au processus parfois complexe, régi par de nombreuses hormones.

Faites le plein de conseils et d’explications, mais aussi d’outils pour calculer votre cycle afin de mieux vous connaître pour accueillir la vie.

Avant tout, comment fonctionne le cycle menstruel ?

Le cycle menstruel est un processus cyclique qui se déroule dans le corps de la femme en âge de procréer. Il commence aux premières règles et se termine à la ménopause. Un cycle menstruel dure en moyenne 28 jours. Attention, c’est une moyenne. Chaque femme étant différente, chaque cycle peut alors durer plus ou moins longtemps. Un cycle menstruel est compris entre 21 et 45 jours.

Comment compter ou calculer son cycle menstruel ?

Si vous avez bien suivi les explications précédentes, vous aurez donc compris qu’il s’agit de compter les jours. Le plus simple est d’annoter un calendrier ou encore de télécharger une application dédiée (il en existe une belle offre). Annotez un premier cycle. Cela vous permettra de savoir quelle est sa durée. Observez plus votre corps. Soyez plus à l’écoute des signes.

Avez-vous des maux de tête ? Êtes-vous gonflée ? Avez-vous de la température ? Êtes-vous plus irritée ? Avez-vous la larme facile ? Constatez-vous des pertes vaginales ? Identifiez les symptômes prémenstruels. Notez-les et indiquez la date ainsi que l’intensité. Toutes ces informations permettront de mieux vous connaître et de mieux cerner votre cycle. Vous pourrez ensuite, au cycle suivant, constater (ou non) si le même schéma se répète. Les cycles peuvent être légèrement différents. Ce n’est pas inquiétant.

Dans les faits, le calcul de son cycle s’effectue ainsi :

JOUR 1 à 14.

La phase folliculaire est la première partie du cycle. Cette période comprend le moment des pertes ou règles qui peut durer entre 2 et 5 jours. Ensuite, pendant 9 à 12 jours (cela dépend de la durée des menstruations), l’endomètre s’épaissit en vue d’une fécondation. Vous perdez du sang, vous pouvez ressentir des douleurs dans le bas ventre, des maux de tête, de la fatigue, des petites contractions ou… rien du tout pour les chanceuses. Chaque femme connaîtra des règles différentes. Tandis que certaines connaissent un flux léger, d’autres devront gérer un flux abondant. La contraception (pilule, stérilet, implant) impacte directement les règles, leur nature et leur intensité.

JOUR 14.

Le jour d’ovulation survient 14 jours après le premier jour des règles. La période d’ovulation est le moment du cycle où l’ovule se détache de l’ovaire. Il commence alors son chemin dans la trompe de Fallope jusqu’à l’utérus. S’il rencontre un spermatozoïde alors il y a de grandes chances que la fécondation réussisse. Si la période ovulatoire n’est que de 24 heures, l’ovule reste fécondable pendant 5 jours. Donc la fenêtre de fécondation et de fertilité est importante. Comptez deux jours avant le jour d’ovulation puis deux jours après. Le jour de l’ovulation, vous pouvez ressentir une tension au niveau d’un des deux ovaires. Vous pouvez aussi avoir des pertes blanches. Votre libido est au beau fixe. La veille et le jour d’ovulation restent les moments du cycle où vous avez le plus de chance de tomber enceinte.

JOUR 15 au JOUR 28 ou plus.

La phase lutéale correspond à la dernière partie du cycle ovarien. Le corps jaune laissé par le follicule mature sécrète notamment de la progestérone afin de préparer la muqueuse utérine. Cette paroi bien épaisse est prête pour un ovule fécondé, pour que l’embryon s’accroche. C’est la nidation. L’endomètre s’épaissit jusqu’au 20e jour du cycle environ. Si aucune fécondation n’a lieu, le corps jaune se désagrège et un nouveau cycle débute alors avec l’arrivée de nouvelles règles. Lors de la phase lutéale, vous avez un grand appétit et votre température corporelle augmente. Si l’ovule n’est pas fécondé, vous pouvez connaître des signes du syndrome prémenstruel.

Ainsi pour connaître le jour d’ovulation il faut simplement savoir combien dure votre cycle menstruel et ôter 14 jours. Pour un cycle de 28 jours, l’ovulation se réalise au 14e jour. Pour un cycle de 30 jours, l’ovulation a lieu au 16e jour du cycle. Dans les faits, ce n’est pas non plus une science exacte. La période d’ovulation peut varier d’un cycle à l’autre. Ce calcul vous donne juste une idée de fenêtre.

Les bons outils, les bons réflexes pour calculer son cycle menstruel

Un carnet pour noter votre cycle est utile. Ce journal de règles personnel peut vous aider à mieux vous connaître, à faire connaissance avec votre corps et à découvrir toute une partie de vous à laquelle vous ne faisiez pas attention jusqu’à présent. La prise de notes quasi quotidienne est intéressante. Cet exercice vous pousse à vous écouter, à vous observer, à s’arrêter quelques instants et à penser à vous. Il est important d’avoir confiance en son corps et d’être en harmonie avec celui-ci pour donner la vie.

Vous êtes plutôt connectée ? De nombreuses applications IOS et Android sont disponibles (gratuites ou payantes) à télécharger sur smartphone. Vous pouvez rentrer la durée de votre cycle, mais aussi préciser des symptômes ressentis ainsi que l’humeur. Très utiles, ces applications peuvent vous envoyer des rappels en notifications pour vous dire que vos règles arrivent bientôt ou alors que vous êtes fertile.

Pour savoir si vous ovulez, vous pouvez aussi prendre votre température basale (température au repos au réveil). La température générale du corps a tendance à croître légèrement (+0,5 °C au lendemain de l’ovulation).
Autre outil qui peut vous aider à savoir si vous ovulez : le test d’ovulation. Celui-ci est vendu en pharmacie ou parapharmacie. Accessibles sans ordonnance et très pratiques, ces tests sont très fiables (+ de 99%) et permettent d’être certaine des jours fertiles.

Comment faire en cas de cycle irrégulier ?

Pas facile de tomber enceinte quand on vit des cycles complètement différents ou perturbés. Déjà, il faut identifier la cause de cette irrégularité. Avez-vous toujours connu des cycles instables ? Courts puis longs ou encore aménorrhée, douleurs ou autres ? Il est important d’avoir un historique assez précis pour se présenter ensuite devant un médecin avec un maximum d’informations. Médecin traitant, sage-femme ou encore gynécologue pourront dans un premier temps vous rassurer et apporter divers éléments de réponses.

Un sport à haut niveau, un stress intense ou encore une perte ou prise de poids importante peuvent dérégler des menstruations. Une infection sexuellement transmissible ou encore une maladie peuvent aussi court-circuiter le cycle menstruel établi. Enfin un traitement médical peut très bien impacter vos règles. Demandez conseil auprès d’un professionnel de santé pour identifier la source du problème et ainsi pouvoir trouver des solutions adaptées.

Fertilité, infertilité, cycle irrégulier, vous avez des difficultés à tomber enceinte ?

De nombreuses causes peuvent expliquer des difficultés à tomber enceinte. La fertilité peut être impactée par tout un tas d’éléments différents. Bien des raisons provoquent une ovulation difficile. Les difficultés de tomber enceinte sont alors bien présentes. Votre gynécologue peut, dans de nombreux cas, vous apporter une aide précieuse.

Un cycle anovulatoire

Un cycle menstruel anovulatoire est un cycle sans ovulation. Cela arrive pour diverses raisons (stress, déséquilibre hormonal, contraception, etc.)

Insuffisance lutéale

La dernière partie du cycle ovarien, la période lutéale peut être plus courte que la normale (12 à 14 jours). Si celle-ci est trop courte, le dosage en progestérone qui permet la nidation de l’embryon ne sera pas suffisant. L’insuffisance lutéale a pour origine un dysfonctionnement de la thyroïde, un changement du taux de prolactine ou encore l’âge de la femme (+ de 35 ans).

SPOK, Syndrome des ovaires polykystiques

SPOK est un trouble fréquent, vécu par de nombreuses femmes (1 femme sur 10 en France). Le syndrome des ovaires polykystiques est la première cause d’infertilité féminine en France. C’est une maladie hormonale qui entraîne une absence d’ovulation.

La contraception hormonale

Un cycle peut être longtemps déréglé suite à certains moyens de contraceptions. Le corps peut mettre un certain temps à évacuer les contraceptions hormonales notamment. Sous pilule ou encore sous implant sous cutané, cela peut prendre plusieurs mois avant qu’un cycle menstruel redevienne réglé. Il faut alors s’armer de patience. Pour les injections hormonales, vous pouvez compter dans certains cas jusqu’à 1 an, avant un retour à la normale !

Stress, prise de poids, fatigue, surmenage, sport de haut niveau, décalage horaire, les causes d’infertilité sont nombreuses. Beaucoup de femmes multiplient les démarches pour tomber enceinte sans y parvenir. Il faut alors lever des barrages psychologiques pour débloquer la situation. Arrêter de se focaliser sur le calendrier, arrêter de calculer, pour que surviennent dans de très nombreux cas des grossesses surprises.

How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

We are sorry that this post was not useful for you!

Let us improve this post!

Tell us how we can improve this post?

(Visited 12 times, 1 visits today)

Articles Liés

Réponses

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *